Interdit aux moins de 18 ans

Publié le par Jerry

    Parfois, quand on visite des appartements, on se trompe d'adresse. Parfois, pas. Parfois, on tombe sur des panneaux annonçant des chiens méchants et on se demande s'il y en a vraiment, des chiens méchants. Parfois on tombe sur des pelouses que rien qu'à les voir t'as envie de t'interdire à toi-même de marcher dessus. Parfois y'a tellement de murs qu'on est même pas sûr qu'il y ait encore la place pour mettre un toit. Parfois on a plutôt l'impression d'entrer dans un hôpital que dans une résidence.

    Et puis parfois, on tombe sur ça :

CIMG1111.JPG

    Oh, c'est dommage que le dessin soit aussi pauvre, parce que là, y'avait matière, quand même. Oui, dommage d'avoir utilisé ces petits schémas pas réalistes du tout. Parce que finalement, ce qu'il dit, le panneau, c'est "ne laisse pas tes enfants près des portes, sinon ils risquent de se faire décapiter avec leur cervelle étalée partout sur le trottoir, ou bien couper par le milieu et vous en aurez deux pour le prix d'un, ou bien encore écraser en une bouillie tellement infâme avec les boyaux qui sortent que même leurs parents ne les trouveront plus mignons."

    Parfois, quand on visite des appartements, on a un peu l'impression d'être dans un épisodes des Happy Tree Friends. Alors on s'en va très vite, avant de se faire décapiter, déspiner ou déboyauter.

    Au point même de se demander si elle est vraiment bien utile, cette grosse et barbare porte qui n'aime pas les enfants, dans cette banlieue plus que tranquille. Au point de se demander si le passage des voitures requérait vraiment une porte dangereuse pour les enfants. Au point de se demander si, avec un écriteau aussi visible, que c'est même ce qui saute aux yeux en premier quand on arrive, avant même de voir que c'est la bonne adresse, au point de se demander si la porte n'a pas été choisie justement parce qu'elle était dangereuse pour les enfants.

    Non parce que c'est vrai, les enfants, c'est bruyant, c'est malpropre, c'est désordre et ça caresse les pelouses à rebrousse-poil. Parfois même ça fait peur aux caniches. Alors autant le dire tout de suite, si avoir un enfant est un critère de refus pour louer ici. Après tout, aux Etats-Unis c'est tout à fait accepté, et c'est un critère comme un autre de discrimination au logement.

Publié dans Rien sur l'immobilier

Commenter cet article

Gorgonzolla 04/09/2007 20:54

Une personne avertie en vaut deux (enfin, selon le proverbe...) Donc Tom et toi, vous êtes quatre maintenant... Qu'est ce que vous allez galèrer pour trouver votre chez vous maintenant!
Allez, bon courage quand même dans votre quête du saint graal.. (Dites, avec tout ce que vous racontez, vous pensez qu'un jour, vous finirez par trouver??)

Jerry 05/09/2007 21:58


Si seulement quatre fois les locataires, ça pouvait remplacer trois fois le loyer...