No more mister Qualigaz

Publié le par Tom

    La première chose que nous avons vue en arrivant le premier jour dans notre nouvelle maison pour qu'on s'y mette dedans pour la première fois, ça a été, juste devant, quatre hommes au travail.
    C'est beau, des hommes au travail.
    Ça donne envie de prendre une guitare et de chanter kumbaya.

    Quand on s'est approché avec nos bagages, on a compris que ç'aurait été une mauvaise idée.

    Il y en avait un qui ne travaillait pas du tout, en fait - c'était monsieur Basilic, le propriétaire.

    Il y en avait un qui s'agitait comme une locomotive sous acide et qu'on ne comprenait pas un mot sur deux de ce qu'il racontait, mais le mot qu'on comprenait, c'était une connerie - c'était Bricodidier, l'entrepreneur responsable des travaux.

    Il y en avait un qui soudait un tube sur un autre, et lui on a jamais su son nom, et il est parti seul sur un chemin de poussière et on l'a jamais revu - comme dans les films de Clint Eastwood sauf que si Clint Eastwood, il soudait des tubes, personne irait voir ses films.

    Et le dernier, c'était le seul qui bossait vraiment et ça se voyait au fait qu'il était sévère, rigoureux et inflexible, et c'était monsieur Qualigaz

    Là, il va falloir expliquer deux trois choses techniques.

    Quand on met le gaz pour la première fois dans une maison, on confie le travail à un installateur, plombier-chauffagiste de son état. Dans l'idéal, il est honnête, avenant et compétent, mais s'il est seulement compétent c'est déjà bien.
    L'installateur fabrique les tuyaux dans lesquels le gaz va passer, et il construit le réseau qui amènera le gaz aux plaques de cuisson de la cuisine d'une part, à la chaudière à gaz d'autre part. Il construit également le réseau d'eau qui, chauffée, circulera dans les radiateurs et amènera le sourire sur les lèvres des occupants de la maison quand ça commencera à peler dehors.

    Pour le réseau de gaz, avant que GDF ou toute autre entreprise qui vend du gaz n'accepte de raccorder une installation privée à son réseau à elle qu'elle gère toute seule et qu'elle aime, il faut qu'un organisme teste et certifie que l'installation privée en question est aux normes : qu'il n'y a pas de fuite dans les tuyaux, pas de danger, et que les règles de l'art ont été respectées, parce qu'une installation de gaz, c'est pas un putain de tableau cubiste, faut que ça soit droit dans les angles et que la perspective elle nous casse pas la frange à faire son intéressante.
    L'organisme chargé de cette certification, c'est Qualigaz. Comme il faut raquer pour qu'il vienne, autant dire que quand vous les appelez, c'est que vous avez déjà tout vérifié quinze fois et que vous vous amusez pas à les faire revenir à chaque changement de la déco.

    Et là, on était devant la porte avec nos valises à la main, et monsieur Qualigaz, il fronçait les sourcils, et il secouait la tête et il regardait le monsieur sans nom qui soudait un tube, et on voyait que tout ça était lourd de conséquence pour ce qu'il en pensait.

    Pour vérifier l'étanchéité d'une installation...

 - je précise aux gens du fond que je vois ramper vers la sortie, que la porte est fermée à clé et la clé est dans ma poche -

...on fout un  manomètre à un bout, on envoie de l'air, et on attend pour vérifier que la pression à l'intérieur du circuit reste constante. Si la pression ne reste pas constante, c'est qu'il y a une fuite.

    Oui, c'est difficile, d'être monsieur Qualigaz.

    Là, la pression elle était genre en chute libre. Un peu comme si le requin des Dents de la Mer avait mordu dans le tuyau comme un gros sauvage, avant de s'apercevoir qu'en fait, euh, non, rien.

    Et alors là, monsieur Qualigaz, il a dit : Pas possible je crois que ça va être.

    Et pis il est parti, et c'est à peu près à ce moment-là que Bricodidier s'est aperçu qu'il avait oublié de mettre un joint dans le tuyau et que forcément, ça marchait beaucoup moins bien, alors.

    Nous, on s'est dit que c'était bizarre, pour un installateur, de pas avoir pensé au joint avant, et on a regardé Bricodidier, qui essayait visiblement de décoller en agitant les bras. Mais Bricodidier, il nous a dit que  non, c'était complètement normal, c'était vraiment très simple, c'était parce que l'installateur, c'était totalement pas lui.
    Lui il était l'entrepreneur. L'installateur plombier-chauffagiste responsable, en vrai, c'était le meilleur, c'était Super Mario. Mais bon, là, il était pas là, Super Mario, parce qu'il tenait pas trop à ce que ça se sache, que c'était lui qui avait fait le travail, rapport à des ennuis avec la justice mexicaine qu'il aurait pris un âne en Corse et qu'il l'aurait jamais rendu à Pepe Fernando que c'était compliqué.

    Enfin de toute façon, c'était pas grave, Bricodidier a dit qu'il reviendrait changer le joint dès demain et que le gaz, avant la fin de la semaine, on l'avait, et on a demandé de quelle semaine il parlait vu qu'on était vendredi et qu'il faut une semaine de délai pour avoir un rendez-vous et c'est pile à ce moment-là qu'il a enfin réussi à décoller en moulinant des bras.

Commenter cet article

Ma'cha 20/11/2007 21:03

bonjour, je découvre votre blog depuis la fin d'am et j'ai beaucoup ri, merci et à très bientôt !

Tom 23/11/2007 11:56

Merci ! :-)