La maison est en carton, pirouette, cacahouette

Publié le par Jerry

    Septembre étant clément cette année, et puis c'est pas comme si on avait pu faire autrement non plus vu qu'on avait bien tout soigneusement fait l'état des lieux et rendu les clefs de nos appartements respectifs à Paris, on a donc commencé à habiter la maison.

    Et puis après tout, pas de chauffage, ni d'eau chaude, ni de gaz pour cuisiner, oh, c'est presque drôle au début ! On se croirait en vacances, en camping, ça console des vacances qu'on a pas eu pendant qu'on cherchait un appart... Tiens, on aurait presque été mieux dans une tente dans le jardin de monsieur Basilic, dis donc. Tu vas nous chercher du bois pour le feu, Ougai? Ah ben non, suis-je bête, pendant les travaux ils ont enlevé la vieille cheminée, c'est vraiment trop dommage.

   Sauf que c'était tellement tentant qu'elle a dû le sentir, la maison.

    Alors, comme une bonne petite maison qu'elle était, elle a essayé de nous en faire profiter, du jardin, pendant qu'il faisait encore doux.

    C'est comme ça que le lendemain, au moment de sortir, la poignée de la porte d'entrée nous est restée dans la main. Une de ces poignées à sécurité, qu'il faut remonter à bloc pour pouvoir fermer à clef la jolie porte en chêne clair. Bon, ben c'est au moment de la remonter à bloc que tout d'un coup, elle s'est remontée dans le vide, et puis il y a eu un bling dedans, et puis plus moyen ni de fermer à clef, ni de rouvrir la porte.

    Je passe sur les détails de la réparation, c'est pas très intéressant, heureusement que monsieur Basilic a pu nous prêter sa trousse à outils parce qu'évidemment, on ne pense jamais à planquer un tournevis dans ses plates-bandes en prévision des accidents de porte d'entrée, c'est fou ce que les gens sont imprévoyants.

    Non, par contre, ce qui est intéressant, c'est que Bricodidier était encore dans le coin, ce jour-là.

    Et quand  il a appris que la  poignée de la porte n'avait pas été sage du tout avec nous, il a fait comme tout bon père ferait avec ses enfant.

    Il ne l'a pas grondée, non. Il lui a à peine fait les gros yeux, pauvre petite porte. Non, avec le même aplomb qu'un parent d'élève expliquant que si sa fille avait de mauvaises notes c'était logique parce qu'elle était allergique au soja et aussi aux lettres majuscules or y'en a plein partout, des majuscules, dans votre manuel, comment voulez-vous, il nous a expliqué que c'était parfaitement normal. Oui, parfaitement normal, parce que la tige, là, à l'intérieur de la poignée, elle était trop courte, alors forcément comme la poignée mordait pas bien dessus, ben un jour ou l'autre, fallait que ça arrive.

    Bon l'ennui, c'est que Bricodider, il peut parler longtemps sans reprendre son souffle. Sinon, on aurait pu lui poser une ou deux questions. Genre, si elle était pas neuve, la porte, et puis la poignée aussi - pas qu'on ait besoin de le savoir, non, la porte, elle est tellement jeune, on lui presserait le nez il en sortirait du vernis. Ou si c'était pas lui, par hasard, qui l'avait montée, la poignée de la porte avec une tige trop courte que forcément elle cèderait un jour, et rapidement même. Ou ce qui lui était passé par la tête de mettre une poignée de porte faite pour durer une semaine.

    Mais comme on a pas pu lui poser, ces questions, ben on s'est contentés de remonter la poignée de porte avec une tige un peu plus longue, et on a imaginé. On s'est dit que c'était peut-être un nouveau concept de maison, les maisons faites pour habiter dedans seulement une semaine et puis quand on n'arrive plus à rentrer dedans c'est signe que la maison est usée, un peu comme les lingettes, mais alors dans ce cas c'était drôlement bien imité. Ou alors que Bricodidier, quand il avait rénové la maison, il avait peut-être tout simplement pas pensé qu'elle était faite pour être habitée par des gens, c'est vrai, ça aurait pu être une maison juste pour faire joli, et alors si c'était le cas en fait on était déjà drôlement veinards qu'il y en ait une, de porte, et pas seulement un trompe-l'oeil. Ou bien alors c'était ça, on habitait dans un gigantesque trompe-l'oeil, et là, on était mal.

    Et puis enfin on a pu rentrer dans notre maison-lingette, et recommencer à attendre que le gaz soit réparé, ou qu'une nouvelle tuile tombe, au choix. Et en attendant, on a remis un pull.

Commenter cet article

nashou 02/12/2009 16:29


je sais pas que ce n'a pas du être drole pour vous.
n'empeche que ça me donne un sacré sourire vos péripétie !

rien que le coup de la poigné de porte (porte d'une maison allumette !) ça me fait :-))


Vince 23/11/2007 08:46

J'ignore pourquoi mais plus je lis ce blog et plus ma motivation à chercher un logement s'étiole... Toujours un plaisir de découvrir vos nouvelles péripéties néanmoins, j'adore le style!

Jerry 23/11/2007 13:39

La recherche d'un logement, c'est l'équivalent moderne de l'agogê spartiate...Bon, sans l'apprentissage du vol et du meurtre.Quoique.

lilly 22/11/2007 23:09

je me demande si c'est pas bricodidir qui avait fait les travux dans mon ancien chez moi... la serrure a lacher le lendemain du demenagement et j'ai du aller au boulot en sautant par la fenetre (un rez de chausse c a du bon parfois...)

Jerry 23/11/2007 13:33

Comme quoi, Bricodidier fenêtre des vocations.

Cactus Acide & Beurre Fondu 22/11/2007 22:17

J'ai toujours su que, pour devenir secrétaire, Bernard Laporte devait avoir un problème de longueur de tige. Merci de révéler cette histoire au grand jour.

Jerry 23/11/2007 13:34

La tige trop courte rend la poignée moins ferme, c'est démontré.