Le retour de l'épilogue

Publié le par Jerry

Parce que décidément, cette histoire était appelée à rebondir avec autant de persévérance qu'un marsupilami sous acide.

Un mois environ après la fin de tout, je veux dire, le début de tout, enfin bref, au moment où on était à peu près complètement sortis d’affaire, on commençait à perdre le réflexe de grelotter du matin au soir, et c’est là qu’on a été invités pas Titi et Grand Minet. Titi, c’est la sœur de Jerry, et Grand Minet, c’est son Tom à elle, ils sont tous les deux gentils comme tout et ils habitent, eux aussi, une jolie petite maison juste pas trop loin de Paris.

Et chez Titi et Grand Minet, c’était chouette, tout le monde était détendu et de bonne humeur, Titi avait fait une cuisine éblouissante, les cadeaux de Noël en avance étaient tous parfaits, et il faisait froid.

Non parce qu’il faut savoir, Titi et Grand Minet, ils ont un joli jardin, et c’est chouette de manger dehors. Mais pas au mois de décembre. Non, ça, personne ne le fait. A part le papa de Titi et Jerry, mais lui, il a dû louper l'entrée de son terrier un jour et se cogner la tête trop fort, bref, il est un peu spécial. Donc, au mois de décembre, chez Titi et Grand Minet, on mange pas dehors.

Et pourtant il faisait froid. Et pourtant la chaudière n’était pas en panne, les tuyaux à gaz n’étaient pas en dentelle de Calais, et les radiateurs ne jouaient pas en sourdine les grandes eaux musicales. Non, chez eux, c’est juste la maison qui est pleine de trous, et les radiateurs, comment dire, les radiateurs, c’est un peu comme s’ils avaient couru un marathon, une fois dans leur vie, et que depuis ce jour-là ils avaient décidé que non, vraiment, l’effort c’est trop fatiguant, alors plus jamais.

Mais bon, c'est pas comme s'ils avaient pas l'habitude, hein, Titi et Grand Minet. Vu que dans leur ancien appartement, y'avait des courants d'air tellement denses que c'était devenu un spot ultra réputé chez les insectes surfeurs.

Et puis c'est pas comme s'il n'y avait qu'eux, aussi, à vivre dans un endroit "de charme", "coup de coeur", "avec du caractère". Oh, oui, je pense à toi, toi qui disposes dans ta salle de bain une installation électrique de pointe avec des fils qui passent sous la douche. A toi également, qui as des jours tellement grand entre le cadre et la fenêtre que tu peux y stocker tes provisions. A vous aussi qui, habitant au-dessus d'un porche, bénéficiez d'un système thermique ingénieux, le caillage par le sol. Enfin à vous tous qui avez des murs percés, des fenêtres en papier crépon, des radiateurs à digestion lentes, des portes facétieuses, des fusibles rigolos, des égoûts farceurs.

Un peu comme si, après tout, trouver un appartement en région parisienne, c'était tellement difficile, et puis tellement cher aussi, déjà, d'avoir un toit sur la tête, qu'on allait quand même pas demander en plus un logement décent, ho, hé. ça, c'était pour la morale de l'histoire.

Mais comme Tom va encore m'accuser de démoraliser tout le monde, je conclurai sur cette bonne parole optimiste et pleine d'encouragements qu'on a fini par graver sur la porte, tellement on l'a entendue : "ah, mais ça soude les couples, ça!"

Commenter cet article

Raphy* 18/03/2008 14:17

"Oh, oui, je pense à toi, toi qui disposes dans ta salle de bain une installation électrique de pointe avec des fils qui passent sous la douche. A toi également, qui as des jours tellement grand entre le cadre et la fenêtre que tu peux y stocker tes provisions"
Vraiment, c'est un très beau descriptif de mon intérieur, vraiment :)

Jerry 20/03/2008 09:13

T'as vu, on pense à toi même sans y penser :)

meregrand 15/03/2008 09:08

J'aime beaucoup le "caillage par le sol ", c'est un concept original bien que assez repandu

Jerry 20/03/2008 09:12

Oui, c'est très utile pour transformer son appartement en chambre froide. Au moins, on se sent bien conservé.

Nabote (Titi) 14/03/2008 14:23

Ouhla mais tu vas faire peur aux gens, ils ne voudront plus venir goûter de notre cuisine (pleine de trous, certes) et de nos courants d'air, après ça...
Alors juste pour rassurer nos futurs invités: d'une part il ne fait plus froid chez nous (d'une part parce que c'est le printemps, mais aussi d'une manière générale parce qu'on a changé les réglages), et d'autre part, les travaux de rebouchage du trou de la cuisine vont, parait-il, pouvoir commencer.

Jerry 20/03/2008 09:11

1) Une cuisine pleine de trous, c'est bien normal pour des souris2) Youpi pour celui de la cuisine3) De toutes façons, vos hôtes savent bien à quel point votre accueil est chaleureux!

Vince 14/03/2008 12:07

"Parce que décidément, cette histoire était appelée à rebondir avec autant de persévérance qu'un marsupilami sous acide."

Au-delà du récit de ces nouvelles péripéties (c'est drôle d'ailleurs parce que quand je parle avec Grand Minet sur skype on discute tennis, café et correction de copies mais pas logement...), je reste admiratif devant ce style si souvent imité mais ô combien inégalable.

Cela me rappelle une lettre que je reçus jadis de Jerry et dont le préambule, effrayant mais honnête, encourageait le destinataire de la missive à se munir d'un tube d'aspirine avant d'en commencer la lecture. Je me gardai alors de suivre ce judicieux conseil, chose que je regrette aujourd'hui encore ;o)

Jerry 20/03/2008 09:10

"quand je parle avec Grand Minet sur skype on discute tennis, café et correction de copies mais pas logement..."Eh oui, que veux-tu, y'a des gens qui ont des sujets de conversation intéressants!