M'sieur, il a sous-traité ma mère !

Publié le par Tom

    Peut-être certains d'entre nos quatre lecteurs ont-ils vu passer l'histoire de cette fuite des coordonnées bancaires de 21 millions d'Allemands. Apparemment, elles proviendraient du personnel de sociétés sous-traitantes, mal payé et précaire, qui n'hésiterait pas trop à avoir recours à des procédés indélicats pour arrondir leur fins de mois. La sous-traitance porte sur la gestion de clientèle et le marketing. Ce n'est bien sûr pas prouvé, mais disons que l'autre piste - celle d'un énorme grizzly vert déguisé en ninja - n'est pas corroborée pas tous les témoins.

    L'explosion du marché de la sous-traitance date d'une vingtaines d'année à peu près, période sur laquelle elle est devenue un recours de plus en plus systématique pour des entreprises de taille de plus en plus réduite.

    La création du marché de la sous-traitance est liée à l'expansion des sociétés de conseil dont la plus symbolique est Andersen Consulting, qui a connu son heure de gloire en magouillant les comptes d'Enron. Le conseil est généralement né des sociétés d'expertise financière et juridique qui réalisaient les audits exigés par la tenue d'une comptabilité à vaste échelle. De la réalisation de ces audits, des conséquences pouvaient être tirées afin d'optimiser le fonctionnement et le plus souvent le rendement de la société. Ce qui était un à-côté pour ces sociétés d'analyse est ainsi devenu une activité à part entière.

    Si la naissance du conseil en tant que secteur remonte aux années 70, ce sont les années 80 qui voient sa croissance exponentielle au sein des grands groupes, et les années 90 qui couronnent son accession au marché juteux des entreprises de taille moyenne.
En trente ans, les activités de conseil ont pris une telle importance dans le monde économique, qu'elles sont l'un des points de chute le plus courant pour les diplômés d'école de commerce - écoles qui ont parfois du mal à convaincre leurs étudiants de faire justement plutôt du commerce que du conseil.

    Les sociétés de conseil se multiplièrent, et les normes qu'elles définissaient collectivement s'appliquèrent donc sur une surface entreprenariale de plus en plus grande.

    Le fait de détacher certaines activités d'une entreprise - certaines divisions ou comptes - pour les confier à d'autres sociétés, plus petites, qui se seraient spécialisée dans la gestion d'un domaine précis, fut un élément de base préconisé dans la réduction des coûts, il en fut même l'élément symbolique, le mythe fondateur du conseil.
    C'est aujourd'hui quelque chose d'extrêment courant de déléguer le poste client, ou le facturage ou sa comptabilité, à une autre boîte. C'est parfois très utile même pour une certaine échelle de boîte, qui a les moyens de se payer une sous-traitance mais pas une division comptable.
    Mais les entreprises qui ont fait la gloire originelle d'Andersen n'étaient pas particulièrement aux abois. Il y a dans la vie économique des effets de mode aussi puissants que n'importe où. Non, la gloire d'Andersen, ce fut de faire gagner encore plus d'argent à des boîtes qui en gagnaient déjà beaucoup, et ce fut la mode de réduire ses coûts pour dégager encore plus de bénéfices.
    Quel en est l'intérêt, hormis de pouvoir s'acheter une Porsche de plus ? L'intérêt est simple : il crée de la croissance dans l'entreprise, tout en restant immobile - sans trouver de nouveau marché, sans augmenter les ventes. Le procédé permet donc de créer de la croissance là où il n'y en a pas.
    Dans les années 70, il y a deux chocs pétroliers, qui donnent un coup d'arrêt à la croissance ininterrompue des Trente Glorieuses, croissance générée par la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l'expansion américaine, et la construction du marché commun européen.
    Dans les années 70 naît le conseil, dont le job est de générer de la croissance qui ne soit pas commerciale.

    Avoir recours à une société de conseil permet de faire monter l'action, parce que la Bourse anticipe le gain que l'entreprise en retirera. Dans un monde couvert d'entreprises et où les nouveaux marchés se font rare, l'optimisation par le biais d'une société de conseil permet de créer un mouvement boursier sans avoir à vendre plus de ce qu'on a à vendre - et facilite par exemple l'obtention d'un crédit ou une augmentation de capital. On peut rêver sur ce que signifie le fait de réduire les coûts pour obtenir un crédit.

    Derrière ces sociétés de conseil, maîtres d'oeuvre de la sous-traitance systématique, se profilent évidemment les banques d'affaires, dont la spécialité est d'analyser les mouvements des entreprises et de proposer à ses clients différents types d'opération, la plus connue étant la De Fursac, la griffe de l'Haum, la fusac.

   S
i la sous-traitance embauchait des CDI avec un bon salaire, elle ne ferait pas d'économie par rapport à l'entreprise qui lui a confié sa compta justement pour ne pas embaucher des CDI avec le salaire fixé par les conventions collectives ou son échelle interne. La sous-traitance n'est donc pas le règne de la prospérité des employés. Par ailleurs, une entreprise qui se spécialise dans la sous-traitance, c'est une entreprise qui ne vend ni ne produit rien mais qui tire son revenu direct du volume d'activité des autres entreprises. En cas de crise, la sous-traitance a dix fois plus de chances de s'en prendre plein la tronche.

Où j'en étais déjà ? Ah oui, les coordonnées bancaires barbotées par des employés de sous-traitances, sous-payés, en période de crise.
Bon, on va pas en faire un fromage non plus.
On va trouver une solution.

On va demander à une société de conseil.

Publié dans Bananience

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ACN 14/02/2009 00:05

Mais quel formidable tissu de conneries !
Y'a-t-il réellement des gens qui vivent avec une conception aussi basiquement manichéenne des choses ?

Faire appel à une société de conseil ferait monter le cours de bourse ??? Ben voyons !

Andersen Consulting qui aurait magouillé les comptes d'Enron ? Bullshit ! Quand l'affaire Enron est sortie (2002), Andersen Consulting n'existait même plus !! la société avait déjà pris le nom d'Accenture depuis 2001!
C'est Arthur Andersen, une société totalement distincte, qui auditait Enron.

Quant au rôle d'Accenture (ex-Andersen Consulting, donc) dans le développement de la sous-traitance, il n'a été, malheureusement, que celui de suiveur ! Pour avoir bossé près de 10 ans chez Accenture Paris, je peux te confirmer que la division "outsourcing" n'a été créée qu'en 2004, et qu'on a eu toutes les peines du monde à signer les premiers deals...
Je m'arrête là, parce qu'à l'évidence tu ne sais absolument pas de quoi tu parles.

Je te concède, toutefois, que ta critique de la sous-traitance est valide. J'en ai vu de nombreux et cruels examples, notamment dans le secteur de l'automobile, où très souvent, seul le chef d'atelier appartient effectivement à la société, et où l'ensemble des ouvriers sont des sous-traitants, aux contrats précaires.

Mais ça n'excuse pas le fait de raconter autant de conneries en aussi peu de lignes ! Documente-toi un minimum avant de pondre ce genre de note, ou tu risques de perdre toute crédibilité...

Tom 14/02/2009 15:11


Tu n'as pas très bien compris l'article, je crois...
Cependant quelque chose me dit, par le ton que tu emploies, que tu n'as pas vraiment essayé de le comprendre, que tu ne m'as pas fait beaucoup de crédit,
et que tu ne cherches pas à m'informer, mais à t'imposer...
C'est vrai, j'ai dit Andersen Consulting au lieu d'Arthur Andersen, et techniquement c'est une erreur. Maintenant, "une société totalement distincte" non mais tu te moques de qui ? Elles ont
fonctionné ensemble dans la même structure financière jusqu'en 1997, elles n'ont définitivement rompu leurs liens qu'en 2001. Non, s'il te plaît, un peu de distance, tout de même.

C'est vrai qu'Enron a fait faillite un an après cette séparation, mais chronologie n'est pas causalité. Il y a deux grandes raisons pour lesquelles AC a voulu à tout prix se séparer d'Arthur
Andersen : la première, c'est qu'AC voulait garder son bénéfice, la seconde, c'est que les magouilles d'Arthur Andersen allaient leur coûter cher. Tu crois vraiment qu'AC n'était pas au courant ?
Tu crois vraiment que ces gens ne déjeûnaient jamais ensemble ?

Tu dis qu'Accenture Paris a créé sa division externalisation en 2004. Oui, ça ne veut pas dire qu'Accenture, ou que AC n'ont commencé qu'à cette date les deals sur la sous-traitance. Ça veut dire
qu'à Accenture Paris, on a décidé seulement à cette date que c'était profitable de faire une division sur cette activité.

Je parle de la création d'un secteur sur trente ans. La sous-traitance ne date pas des années 2000. ce qui date des années 2000, c'est l'appellation outsourcing, et un nouveau jargon ne signifie
pas un nouveau fait.

Ce que tu me "concèdes" comme un prince, c'est le coeur de mon article. Donc tu viens ici, tu m'insultes pour des queues de cerises, mais tu es d'accord avec moi ? Il y a quelque chose qui ne colle
pas dans ta façon de faire.

Alors, moi ma question, c'est celle-ci : pourquoi n'as-tu pas dit exactement la même chose, mais gentiment ?


Catherine Grandjonc 21/01/2009 22:43

Pourriez-vous me communiquer les coordonnées de la société à qui vous avez sous-traité l'écriture de votre article ? Elle m'a l'air très compétente. Merci !

Tom 22/01/2009 10:45



Ah non, les articles de Parking sur Cour sont conçus, projetés et écrits exclusivement à la maison-mère.



Cyrius 19/01/2009 10:26

Mais qu'est ce que Noël vient faire là dedans ?

Tom 22/01/2009 10:40



Parce que la sous-traitance, ça le rend vert.