Vegan assure godasses

Publié le par Jerry

(Car en matière de titres avec des jeux de mots pourris lorsque Dieu est en panne et le Maître en rade il faut bien compenser.)

Cela m'a frappée le jour où un vendeur d'un magasin de blousons a essayé de me racoler à coups de "bravo pour ton look" (oui, c'est le risque si vous traînez aux abords du troisième étage de ce centre commercial, là où il n'y a plus que des cuisines intégrées, des gadgets pour papis et Nature & A poils, loin des Zarats, des Jairiennafer et des Mangro et des jolies filles bien sapées afférentes, si vous vous aventurez là-haut donc, par un sutil effet d'optique appelé "contextualisation", vous avez beau être habillée comme pour rester chez vous, le simple fait de porter un chapeau fait de vous quelqu'un qui "a un look" et donc le vendeur vous dit qu') "On cherche des jeunes qui présentent bien pour diffuser notre image, tu aimes le cuir ?"

Et comme ça aurait été trop long de lui expliquer qu'en fait, je réprouve le consumérisme de notre société de consommation qui pousse à trop consommer alors tu vois, me transformer en objet publicitaire pour aguicher les consommateurs pas trop, je lui ai plutôt dit que j'aimais les animaux et que je ne m'habille pas avec de la peau d'animal mort, la mienne me suffit, merci (et un peu de coton aussi).

Je suis donc repartie après l'avoir aspergé de sang, lui et sa boutique (nan en fait c'était du ketchup, je suis pas sadique, je sais bien que le sang c'est super dur à faire partir sur les vêtements ensuite). Et là, ce qui m'a frappé, c'est que j'avais dit un gros mensonge.

Je ne mange pas de viande, mais je porte du cuir. A mes pieds. Tiens, pas plus tard qu'aujourd'hui. Et hier, encore. Mes tennis me brûlaient soudain.

Et finalement c'est vrai, c'est assez contradictoire que de vouloir la peau de l'animal mais pas la chair qui l'a habitée. Après tout la bestiole est morte, pourquoi gâcher. Alors je suis allée m'acheter des escarpins ET un cheeseburger. Non, je blague. Alors j'ai commencé à réfléchir à des chaussures assorties à mon assiette (car je suis devenue frileuse depuis l'époque où je me baladais nu-pieds en ville, et puis c'était en été et assez loin vers le sud).

Mais des chaussures sans cuir, tu mets quoi, sur tes pieds, à part des chaussettes, et dans ce cas tu vas pas loin ? Eh bien cela va de soi, tu mets des chaussures vegan. Les chaussures vegan, ce sont des chaussures, tu dirais du cuir, mais c'est pas du cuir. C'est du...

C'est là que ça a commencé à mal tourner, mon histoire. Parce que j'imaginais ça super vert, les chaussures vegan, avec des trucs en chanvre, en algues et en cire végétale, avec des procédés super futés pour que ça te fonde pas entre les doigts de pieds et que ça dure dix ans même en faisant Paris-Kathmandou à pieds tous les six mois, mais en fait, les matériaux des chaussures vegan, c'est chimique, synthétique, plastique, produits dérivés de pétrole et compagnie. Alors je veux bien, le plastique c'est fantastique, mais c'est pas ça qui va arranger les animaux si on remplace le tannage du cuir par des industries hyper polluantes pour fabriquer des matériaux de remplacement. Je veux dire, le cuir, au moins, c'est naturel, ça pousse tout seul, même si c'est pas sur les arbres, et le tannage végétal, ça marche très bien. Donc du coup on a soit des chaussures écologiques mais faites avec du cuir, soit des chaussures qui aiment les animaux mais pas écolo du tout. C'est un dilemme.

En fait, ce qu'il faudrait, c'est un label "cuir d'animal mort de mort naturelle au terme d'une vie heureuse".

Publié dans Le réel monde réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nenaure 06/04/2011 11:26


euh...sinon comme chaussures non-animale et non pétrochimique, y'a quand même la bonne vieille espadrille!!!!

d'accord, j'arrive pas à trouver non-végétal... peux pas satisfaire à tous les critères! désolée


Chr.Borhen 03/05/2010 17:59


Permettez-moi de louer l'élégance formelle de votre écriture... Au passage, obligé de se "cramponner" en vous lisant... Quel talon !


Cactus Acide & Beurre Fondu 09/02/2010 21:45


J'ai un peu honte mais je n'ai pas compris le jeu de mots du titre. :(


Jerry 09/02/2010 22:09


Eh bien Dieu est mort, ou alors tu n'étais pas très au fait des campagnes de publicité pour des assurances dans les années 80.


Natacha 08/02/2010 13:55


Il me semble qu'on ne peut pas se débarrasser complètement des plastiques, mais je vois régulièrement de quoi se chausser uniquement à base de matériaux de synthèse (minéraux, donc) et de
textile
(végétaux et/ou synthétique). Ne conviendraient-elle pas ? Ou bien est-ce trop restrictif à votre goût ?

Qui serait partant pour monter une start-up destinée à combler le besoin de naturel non-animal ? J'imagine assez bien des semelles tressées ou nouées à partir de fibres dures, et le reste
cousu avec du texte plus traditionnel.


Cl'm 07/02/2010 21:03


@ CCL

Il y avait de l'humour dans mon commentaire, Jerry, qui me fait l'amitié de ne pas me considérer comme un troll l'a compris (et c'est ce qui compte, finalement).

Croyez bien que pour moi qui ai fait des études de biologie, l'argument de ne pas faire souffrir/mourir plutôt que de ne pas polluer est parfaitement risible.
Pendant mes études j'ai fait des relevés d'indices biotiques à proximité d'usine issues de l'industrie pétrochimique. Et les résultats sont assez affolants puisqu'on pouvait ne plus rien trouver de
vivant sur des kilomètres.

Vous ne choisissez donc pas de ne pas faire souffrir ou mourir des êtres vivants, vous choisissez ceux que vous sacrifiez. Archinuance.

Je n'ai peut être pas compris que la vie d'une vache vaut mieux que celle d'une truite, mais pour moi ça n'a rien d'évident. De la même façon que je ne conçoit pas qu'en regard de son évolution
l'homme trouve utile de se passer de viande.


Jerry 07/02/2010 22:51


Je maintiens donc : "moins", cela me paraît le mot-clé dans ce débat.