Simplet Market

Publié le par Jerry

A Parkingsurcourville, il y a un nouveau supermarché. Joie et bonheur. Bon, en fait, c'est juste un qui existait déjà, et qui a changé de couleur, et qui reste donc à peu près exactement pareil qu'avant, c'est-à-dire un peu trop loin de chez nous, vu qu'on est un parking sur cour, certes, mais sans voiture.

Comme pas mal d'animaux, les supermarchés, quand ils changent de carapace, sèment des peaux. Mais les responsables du marketing se sont vite rendu compte que les exuvies étaient peu attirantes, avec leurs airs de pâles fantômes, alors à la place, ils sèment des petits papiers dans les boîtes aux lettres.

Le petit papier en question, plutôt grand pour un petit papier, plutôt luxueux, avec des polices de caractère sympathiques et des photos couleur, nous explique à quel point notre nouveau Simplet Market se fera une joie de nous rendre super heureux dans notre vie quotidienne qui était si tellement toute grise et si tellement déprimante avant. Suffira juste de nous rendre dans la zone d'activités sur la rocade, de l'autre côté de l'autoroute, à droite de la station service, pour trouver le vrai bonheur. Simplet comme bonjour, non ?

Et le grand petit papier détaille les multiples façons qu'aura Simplet Market de se mettre en quatre pour notre bonheur. Tiens, par exemple, Simplet Market nous propose des "bons plans". Chaque semaine. Avec ce slogan formidable, même s'il ne rime pas : "Chaque semaine / abusez du bon plan".

Le "bon plan", on ne va pas en "profiter", ce qui sous-entendrait une jouissance saine et heureuse. On n'en "profite" pas, on en "abuse". Comme des gros porcs. On va s'en baffrer, du "bon plan". Comme quatre. Chaque semaine. Jusqu'à en plus pouvoir, jusqu'à s'en rendre malades. Ah, c'est pas comme l'alcool, les cigarettes ou le gras, le salé, le sucré, non. Là, grâce à Simplet Market, on va pouvoir abuser tant qu'on veut, ça va être l'éclate.

Le premier "bon plan" promis à nos abus, il est en photo juste en-dessous.

Il s'agit d'un appareil à raclettes.

On nous propose d'abuser d'un appareil à raclettes.

Sans même nous préciser s'il est majeur et consentant.

Publié dans Bananience

Commenter cet article

raclettes à gogo 21/11/2008 22:04

Je vais y arriver à vous le caser, ce lien ou pas ?...

Jerry 30/11/2008 15:31



Merci pour le lien!


Tiens, ce que je trouve intéressant, surtout, dans cette évolution des "tendances raclette", c'est que jusqu'en 2005, y'a vraiment personne pour s'intéresser à la
raclette pendant les mois d'été. Depuis 2006, pas de sensible augmentation d'un hiver sur l'autre, mais un nombre de requettes croissant chaque été...


D'où l'on peut conclure, au choix, que depuis 2006 on a des étés si pourris qu'on en viendrait même à manger une bonne raclette pour se consoler... Ou alors que
depuis 2006, on devient des êtres tellement dénaturés qu'on n'a plus ni temps ni saison pour profiter des choses. Manger de la raclette en été et des fraises en hiver... C'est se priver des
plaisirs de l'hiver et des plaisirs de l'été tout à la fois.



recherches de 21/11/2008 22:02

Mince, je me suis fait censurer mon lien. Le voici juste au-dessus sur "site web".

Martin 21/11/2008 22:01

Tiens, si ça vous amuse, je vous propose de vous amuser à deviner le prochain abus à venir avec l'outil Google Trends qui aurait pu vous aider à deviner les raisons de cet abus de raclettes !

Cl'm 20/11/2008 18:54

Ca me rappelle un épisode familial délicat où mon oncle F. avait été arrêté pour tentative de viol sur une cuisinière dans notre maison de famille, du temps où ma grand-mère Clémentine était encore de ce monde.

Mais vu les circonstances, il a passé plus de temps au centre des brûlés de Neder-Over-Hembeek qu'en prison.

Jerry 21/11/2008 11:59


Faut dire, avec ces cuisinières à entrées multiples, on se trompe facilement.


Vincent 20/11/2008 08:54

En tant que Suisse, je suis indigné par la désignation de l'appareil à raclette comme victime du premier abus!

Je m'insurge! Mais bon pas trop fort quand même parce qu'en Suisse on ne crie jamais trop fort de peur que quelqu'un nous entende.

Jerry 21/11/2008 11:58



C'est l'avantage de s'attaquer aux raclettes. Leurs défenseurs parlent en général la bouche pleine de raclette.


Alors que les défenseurs des animaux, par exemple, ne parlent pas la bouche pleine d'animaux.