Bien partis pour un monde meilleur

Publié le par Tom

Je ne voudrais pas passer pour un mec facile à fasciner, mais il y a une expression qui revient souvent dans les argumentations contemporaines, et qui me fascine.

C'est : "bienvenue dans le monde réel".

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, c'est rarement pour saluer chaleureusement une entrée, et c'est même plutôt une invitation à sortir du débat.

Me fascinent évidemment toutes les dérivations sur le thème "regarder la réalité en face", "être réaliste", "voilà comment ça se passe dans la vraie vie", et dieu sait qu'on s'en paye toujours une bonne tranche dès qu'il y a une campagne électorale.

Car il y a deux circonstances essentielles où l'expression et ses dérivés apparaissent avec une régularité quasi métronomique : c'est en politique, et sur internet. Et quand vous croisez les deux en faisant un débat politique par internet, vous obtenez un joli parterre coloré de "bienvenue dans le monde réel" chantés en choeur par des anonymes virtuels.

Disons-le directement : l'exhortation acide au "réalisme", elle me sort par le nez.

J'en ai trouvé un bon exemple, de ce "bienvenue dans le monde réel". C'est sur le blog  de dessin d'actualité de Martin Vidberg, '"
l'actu en patate" que je vous invite à aller visiter si vous ne connaissez pas tous déjà, vu que c'est plutôt marrant et rigolo.

L'article dont je parle est ici.

Pour ceux que ça fatigue trop d'aller cliquer sur le lien, je résume le dessin : un athlète qui vient de se qualifier pour une sélection en équipe de France aux JO se voit chargé d'un air assez menaçant de défendre les valeurs du monde libre et protibétain par exemple en boycottant lesdits JO.
Ceux qui n'ont pas compris de quoi je parle, je vous invite à appuyer sur le bouton à gauche de votre caisson de cryogénisation pour signaler que vous êtes réveillé et qu'il faut qu'on vous tire de là.

Le commentaire que je vise est .

Certains trouveront que c'est un bon exemple de ce qu'on appelle le "connard prétentieux".

Je vous rassure tout de suite, je ne fais pas cet article uniquement pour le plaisir de me foutre de sa gueule.
Je n'ai rien contre la personne qui a effectivement fait ce commentaire, mais son attitude est très répandue. Je le prends lui comme je pourrais en prendre d'autres, il se trouve simplement que lui je l'ai sous la main, et il s'exprime dans un français parfait, preuve s'il en est que la culture ne fait pas l'intelligence.

Il faut savoir que le monsieur répond aux précédents commentaires, mais disons que les précédents commentaires ne lui sont guère qu'un prétexte à expliquer la vie à tout le monde. Comme beaucoup de gens sur internet, le monsieur parle un peu tout seul. Le but n'est pas de discuter, mais de s'affirmer aux dépens des autres, forcément bêtes, forcément naïfs, forcément boulets.

Je précise aussi que vraiment, je n'en ai rien à cirer des JO. Moi, mon truc, c'est le macramé.


"Désolé de vous réveiller, mais les athlètes ne font pas “ce qu’ils veulent”, et les Jeux Olympiques ne sont pas une magnifique manifestation d’amour entre les peuples qu’il ne faut pas gâcher avec de la vilaine politique."

Déjà, on ne dit pas "désolé de vous réveiller" mais on évite tout simplement de le faire, parce que moi, le type qui me casse mon sommeil, je lui casse la tête. Je sais pas si je me fais bien comprendre.
Ensuite, je ne crois pas qu'il y ait quiconque dans le monde entier qui pense que les JO sont une manifestation d'amour entre les peuples, à part Big Foot mais c'est un sentimental.
Le but du commentaire va donc être de détruire cette naïve illusion qu'il y aurait des valeurs attachées au JO. Illusion que personne ne nourrit, bien malheureusement. Parce que les JO ne sont porteurs que des valeurs qu'on veut bien y attacher, les JO sont ce qu'on en fait - et la meilleure chose qu'on puisse finalement en faire, c'est peut-être justement une magnifique manifestation d'amour entre les peuples.

"Les athlètes sont avant tout les porte-paroles publicitaires de marques commerciales et les JO sont depuis leur fondation (par le Baron de Coubertin, qui était, faut-il le rappeler, un raciste, machiste et partisan de l’eugénisme et de la supériorité de la “race blanche” convaincu) une manifestation profondément politique."

- Le "avant tout" pose problème. Les athlètes sont avant tout des athlètes, c'est-à-dire des mecs qui font des trucs sportifs que je suis incapable de faire, et même de regarder faire. Le circuit du sport, ses accointances avec le phénomène médiatique, la communication des sponsors, ça vient après, et réduire les premiers au second d'un seul adverbe, c'est un peu noyer le chat dans la moutarde.
- J'aime beaucoup l'idée d'athlètes "porte-parole", vu que souvent, la parole n'est pas le fort des athlètes, par définition plutôt physiques.
- Je passe sur le fait que "porte-parole publicitaire" me semble friser la redondance, je passe aussi rapidement sur l'idée de "marques" qui ne seraient pas "commerciales", pour en arriver directement à la seconde partie de la phrase qui consiste à dire que les JO sont et ont toujours été politiques. News on fire.
Mais il faudrait savoir : si les athlètes ne sont que des marques ambulantes, alors logiquement, les JO sont une grande parade publicitaire - donc pas trop une manifestation "profondément politique".
C'est d'ailleurs bien là qu'est le noeud du problème : le rapport entre le politique et l'économique, la tension entre des valeurs politiques donc spirituelles, et des impératifs économiques donc matériels.
- Ensuite, cracher sur Coubertin au passage - ce qu'on appelle en bonne rhétorique une attaque ad hominem - en faisant le type informé, sans se replacer dans le contexte de l'époque, c'est une sacré faute."Faut-il le rappeler", en 1896, date de la fondation des JO d'été, c'est la société française qui est avec un bel ensemble sexiste et raciste. Je n'ai rien contre, rien pour Coubertin, mais c'est comme de dire : "Saint Louis était limite, limite sur la question du Moyen-Orient."


"Les pays et les entreprises ne financent pas le CIO et n’envoient pas des équipes pour l’amour du sport, mais bien pour se placer sur la scène mondiale d’un point de vue politique (les pays dictatoriaux ont toujours employé les JO pour “normaliser” leur image) ou économique (les JO sont organisés par bien plus de publicitaires que de sportifs)."

Je précise que personne à aucun moment n'a parlé d'amour du sport. Il y a juste eu quelqu'un qui a dit que peut-être on pourrait laisser les athlètes décider de ce qu'ils font. Voilà. Le chenapan.
Je précise aussi que les entreprises n'envoient pas d'équipes aux JO, pas plus que les "pays" ne financent le
CIO.
Mais on s'en fout parce qu'à ce stade, le véritable objet du commentaire commence à apparaître clairement : le but, c'est surtout de donner des leçons. C'est comme à la piscine, les longueurs on en fait trois ou quatre au début pour faire style, mais le moment chouette c'est quand on passe aux grosses bombes qui font boomba-shplouff et qu'on se met à nager comme un gros morse en envoyant des paquets de flotte partout.


"Au delà de la question du Tibet (pour laquelle l’engouement actuel est effectivement un peu une mode), le but de ces JO est avant tout de permettre à l’Etat chinois, régime totalitaire, violent, expansionniste et ultra-libéral par dessus le marché, d’intégrer la communauté internationale comme si de rien n’était. Ce qui fournira à ses dirigeants toute légitimité pour continuer à opprimer leur peuple, et à nos grandes entreprises une armée d’esclaves soumis pour fabriquer nos fringues, téléphones, voitures, etc."

Voilà, comme je disais.
Réduire le monde à ses motifs les plus minables, c'est l'apanage du mec qui sait.

Mais là où ça devient beau, c'est avec l'association "régime totalitaire" et "ultra-libéral". Un ultra-libéral, c'est quelqu'un qu'on appelle aussi "libertarien" et qui considère que pas d'Etat, c'est mieux. Alors un Etat totalitaire et ultra-libéral, ça me fait penser aux M&M's - croquants et fondants.
Ah oui. Le parti communiste chinois, là-dedans, il joue à la pétanque, pour ceux qui se demandent.
Après, le petit délire sur les esclaves est très drôle, parce que ces esclaves sont d'abord ceux des entreprises chinoises. Les banques chinoises finançant l'économie du reste du monde, et l'économie du reste du monde consistant à acheter en Chine, je crois qu'il vaut mieux sortir d'une optique coloniale où la Chine ne serait que le relais de l'Occident et accepter que oui, c'est devenu un peu complexe tout ça.

"Celui qui soutient ces jeux soutient l’Etat chinois. Celui qui soutient l’Etat chinois est le complice de l’oppression violente d’un milliard et demi d’êtres humains. Après ça, à chacun de prendre ses responsabilités."

Mon morceau préféré : la rhétorique pourrie, avec une belle anaphore, qui place le lecteur face à ses responsabilités, comme s'il était jusqu'ici un lâche irresponsable s'abritant derrière de bons sentiments. "Oui, toi, là qui me lis, tu ne peux plus dire que tu ne savais pas, parce que moi je te l'ai dit." Et hop, tu prends la patate  chaude de la Vérité, et tu la refiles vite vite à quelqu'un d'autre parce que y a Plus belle la vie qui va commencer.

Parce que bon, bof, le mec qui écrit, il sait pas concrètement, c'est quoi les problèmes en Chine. Il écrit oppression violente, il a vaguement l'idée d'un mec face à un char - mais il se souvient plus si le char a écrasé le type ou non - et il se dit que le hukou, ça doit être un truc qui se mange.

Et c'est alors que, inévitablement, comme l'heure sonne à la pendule de grand-mère, arrive la sentence :

"Bienvenue dans le monde réel."

Comme dans Matrix.

Donc, pour ceux qui n'auraient pas suivi, "la vraie vie", c'est celle où c'est moi qui fait le shérif.

Publié dans Le réel monde réel

Commenter cet article

Dorian G 29/05/2008 23:09

C'est con, ça aurai boubouclé la boucle.

Dorian G 29/05/2008 09:52

Excellent article, belle mise en abyme ! Un article qui donne des leçons sur un commentaire qui donne des leçons. Il manque plus qu'un commentaire démontant joliment ton article pour que la boucle soit bouclé (ou pas). Alors bon, je sais pas si ton but était de "démonter" la rhétorique d'un "connard prétentieux" ou de nous montrer que tu en es un toi aussi, mais comme je m'en tape, je vais pas essayé de le découvrir (tu comprends mon truc à moi c'est le poisson pané, et les chats, donc j'ai autre chose à faire que passer 3 plombes à taper un commentaire).

Ceci dit, vu que je n'ai ni chats ni poissons panés sous la mains, je vais quand même t'apprendre un peu la vie. Franchement j'ai rien contre toi, mais il serai temps que tu ouvre les yeux, que tu te réveil, que tu sorte de ton petit monde pour voir celui qui t'entoure.

Déjà, on réveil qui on veut, et celui qui essai de me casser la tête parce que je l'ai réveillé, ben moi je lui casse les bras et les jambes. Je sais que tu m'as compris alors me cherche pas.

Ensuite, si l'on se réfère à la théorie dite de la "non-déception" NDT (pas de lien Wikipédia désolé) qui en gros consiste à se dire que le monde étant composé à 90-95% de cons, rien de ce qui peut être dit n'est étonnant et donc on ne doit être déçu de rien vu qu'on attend rien de personne (en gros), et bien on peut tout à fait imaginer qu'effectivement, une majorité de gens attachent des valeurs bisounours aux JO (ce n'est pas comme tu le dis une naïve illusion, y'a vraiment des gens qui pensent que les JO c'est le symbole de la solidarité, l'amour, le blablabla).

Ensuite, le "avant tout" il t'emmerde. A ce rythme, le sportif c'est avant tout un homme ou une femme, qui sont eux même avant tout un amas de cellules, etc. On va pas chipoter sur les mots, non mais.
Je passe sur tes histoires de porte paroles et de marque (dont on se tape) pour en arriver à "si les athlètes ne sont que des marques ambulantes, alors logiquement, les JO sont une grande parade publicitaire - donc pas trop une manifestation "profondément politique"." Je trouve c'est argument légèrement bidon : le fait que ce soit une parade publicitaire ne l'empêche absolument pas d'avoir une portée politique (notamment à cause des valeurs qui y sont attaché par 90% de la population). Je vais pas m'attarder sur le "politique donc spirituel" car je pense que c'est une erreur de frappe.

En ce qui concerne ton chenapan (celui qui émet l'idée absurde de laisser les athlètes décider de ce qu'ils font), lui il faut vraiment lui donner la pilule bleu (ou rouge, me souvient pas) parce qu'imaginer que les athlète on à un moment donné décider réellement de faire quelque chose c'est vraiment entretenir de sacrée illusions : la majorité des athlètes ne décident de rien, ils font ce qu'on (entraineur, sponsor, etc.) leur dit, et s'ils sont pas content ils vont se faire mettre, point barre. Un sportif qui déciderai de boycotter les JO, sa carrière est foutu. Un sportif qui lève le point, il se fait exclure, car on leur demande pas de penser, mais de courir, sauter, jongler et dire "je remercie addi..., ni.. et laco...".

Je reviendrai plus tard sur le coeur de ton article (tes histoires d'apanages), pour passer directement à l'erreur majeur de tes écrits. Yo coco, t'a mal lu l'article wikipédia dont t'as mis le lien. Faut faire la distinction entre ultra-libéralisme économique et politique (libertarien). Quand le mec que tu critique parle d'ultra-libéralisme, c'est de l'économique qu'il parle (marché totalement non régulé, en gros). Donc politiquement totalitaire et économiquement libéral c'est pas antithétique (bien au contraire). Donc tes délires sur les M&M's faut les placer dans un autre articles. Je passe aussi sur les histoires d'esclaves (car t'as pas compris ce que le mec voulait dire... bon, comme je suis sympa je t'explique : "l'armé d'esclave" pour nos entreprise, évidement qu'elle est en chine et pas en france, sauf que les produits sont après revendu par des entreprises occidentale... tu porte pas des marques chinoise que je sache ? ton tee-shirt décathlon, t'as cru qu'il était fait en france? non, les entreprises occidentales on à leur disposition une armée d'esclave, en chine, pour leur fournir des coupe de tissu, des ballons de football, des godasse, des produits électroniques, etc.) bref, comme tu dis, c'est un peu complexe.

En ce qui concerne ton anaphore qui place le lecteur devant sa responsabilité "comme s'il était jusqu'ici un lâche irresponsable s'abritant derrière de bons sentiments"...que dire de plus. Le lecteur est effectivement " un lâche irresponsable s'abritant derrière de bons sentiments" (souvient toi de la NDT), mais pas tous t'inquiète, toi c'est pas ton cas par exemple (je suis sur que si tu fais rien de ta vie pour aider les autre et faire avancer les choses, au moins tu l'a rationaliser, alors que la majorité le fait pas non plus, mais en plus elle s'en balance).

Parce que bon, "t'as vu", c'est pas non plus comme si t'avais la moindre idée de ce qui se passe en chine (merci à Wikipédia de nous éclairer tous).

Bon, avant que j'oublie, le cœur de ta dissert : " Réduire le monde à ses motifs les plus minables, c'est l'apanage du mec qui sait."

Et toi, tu sais pas vrai? Non ? ben moi je sais et effectivement le monde est minable (parce que je le dis), donc shut!

Tom 29/05/2008 22:35



Non, inutile d'insister, je ne ferai pas d'article sur toi.



Cactus Acide & Beurre Fondu 02/05/2008 15:07

- clap clap clap clap clap -

(ce sont des applaudissements retranscrits par écrit, pour ceux qui n'ont pas saisi)

Vince 26/04/2008 17:19

Je reste sans voix et admiratif, tant devant le style littéraire que devant la pertinence de l'analyse. Ca valait presque la peine que le type fasse son commentaire, juste pour la réponse.

Tom 28/04/2008 13:30



Merci de soulager ma mauvaise conscience ^^