Ce qui est sûr

Publié le par Tom

    Monsieur Basilic, il a ce que dans le jargon des publicitaires du Moyen Age, on appelle un "motto". Attention, pas une moto, ça n'a rien à voir. Avec une moto on peut aller voir ses cousins à Dijon, tandis qu'avec un motto, on peut vraiment rien faire du tout.

    Un motto, c'est une devise, un mot d'ordre, un projet de vie, une fière bannière familiale à laquelle se rattacher quand tout sombre autour de soi dans des âges de sombres désespérance où il fait très noir et que de grandes catastrophes s'abattent sur l'humanité victime de son avidité.

    Bon, bah monsieur Basilic, il a ça. Un motto.

    "Bah ça c'est sûr, hein !"

    C'est son motto. C'est un motto un peu pourri, mais c'est normal, monsieur Basilic il a confié ses travaux à Bricodidier, alors va savoir à qui il est allé acheter son motto.

    Donc, pour monsieur Basilic, le monde peut s'effondrer comme une compote de pommes pas fraîche, ce n'est pas grave, il a sa fière devise.

    Les extras-terrestres viennent de débarquer dans le jardin, ils sont équipés de lasers ultra dangereux, et ils viennent de cramer tous les bégonias en prenant un air hostile ?

    "Ils sont venus pour la kermesse. Bah ça c'est sûr, hein, sinon, je vois pas ce qu'ils viendraient faire ici."

         Roger le haricot méchant vient d'installer une rampe de lancement pour ogive nucléaire sur le toit ?

    "C'est pour décorer. Bah ça c'est sûr, hein, c'est quand même pas une rampe de lancement pour ogive nucléaire, hein !"

    La météo annonce un cyclone en conjonction avec un astéroïde, le plan urgence mortelle est déclenché sur tout le territoire et les supermarchés sont pris d'assauts par une foule affolée tandis que dans les rues résonne le glas macabre de la Grande Peste ?

    "
Bah ça c'est sûr, hein, demain vous aurez le gaz."

    Ce qui est sûr, c'est qu'au bout d'un mois et demi à moisir dans une maison à douze degrés, on a pris le large et on s'est réfugié là où il faisait chaud et qu'on voulait bien de nous. Mais c'était pas une fuite, bah ça c'est sûr, hein, c'était juste pour prendre un peu de recul.

    De là, on a télé-dirigé les opérations, histoire que monsieur Basilic découvre le plaisir de faire les choses par soi-même. Alors il disait que la chaudière, elle allait finir par marcher tout seule, mais que d'accord, pour nous faire plaisir, il allait faire venir des gens compétents au cas où - même si c'était pas à lui de s'occuper de tout ça, qu'il a cru bon de préciser.

    Autant vous le dire tout net, il a eu de la chance le Basilic. Il a eu de la chance qu'on soit à trente kilomètres et au téléphone, sinon on l'aurait étripé vivant. Parce que bon, faire réparer sa foutue installation de gaz qui marchait pas, et réparer tous les foutus trucs qui marchaient pas dans cette foutue baraque et rattraper tous ces foutus travaux mal foutus par de foutus jean-foutre - C'ÉTAIT À NOUS DE LE FAIRE, PEUT-ÊTRE ?

    Je suis même pas sûr qu'on aurait pas été acquittés directement, aux assises.

    Entre temps, ceux qui devaient changer tous les robinets et  les raccords sont revenus.
Quand ils sont repartis, il n'y avait plus qu'un seul radiateur qui marchait pas, dont on a appris qu'il était monté à l'envers, que oui, ça risquait d'entraver fortement son action calorifère si on le remontait pas à l'endroit, et que la seule fois où le plombier avait vu un cas comme ça, c'est une maison où tous les travaux avaient été confiés à un poussin en plastique jaune qui flotte dans le bain.

    Mais c'était pas grave parce que de toute façon AGCEC est passé et il a fallu changer la chaudière, vu que personne de sain aurait eu l'idée de mettre ce genre de chaudière dans ce genre de local. Parce que si les fumées s'évacuaient pas, c'est que la cheminée tirait pas. Et si elle tirait pas, c'est qu'elle existait pas, tout simplement. Donc fallait vraiment être un mongolien pour pas prévoir que ça poserait un problème et envisager un autre dispositif.

    Pour ceux qui se demandent où était Bricodidier, l'entrepreneur responsable des travaux, à ce moment-là, la réponse est : au zoo.

    Bah ça c'est sûr, hein, sinon, je vois pas où il aurait été, pendant tout ce temps.

Commenter cet article

ralphy 13/02/2008 22:33

"Bah ça c'est sûr, hein, demain vous aurez le gaz."

Ah, là, j'avoue, je ne l'avais pas vue venir. Purée. Je vous plains...

Tom 14/02/2008 13:56

Oh ben maintenant, ça va, on a chaud... mais ce qui est peut-être le plus pénible, quelque part, c'est de dépendre de quelqu'un qui pense sincèrement que les trous dans les tuyaux vont se réparer d'eux-mêmes...

liseron 13/02/2008 09:07

et vous payez le loyer pendant ce temps la?
j'espere que Monsieur Basilic vous fait une petite ristourne.

Tom 14/02/2008 13:47

Ah bah ça c'est sûr, hein, qu'il nous a spontanément fait une ristourne.