Rats !

Publié le par Jerry

  Passer une demi-journée au téléphone à appeler des agences immobilières, c'est une expérience humainement intéressante.

    Humainement éprouvante, certes, aussi, mais tout de même intéressante.

   L'immobilier est une grande famille. Ou plutôt, plusieurs grandes familles, un peu consanguines certes, mais néanmoins nettement différenciées.

    Très étendue, la famille des "la personne qui s'occupe des locations n'est pas là". Grande, immense famille, aux infinies ramifications. Dans cette famille-là, donc, il n'y a qu'une seule personne qui s'occupe des locations. Et elle est souvent
pas là, en plus. Ou alors elle passe tout son temps à courir partout toute seule sans personne pour l'aider, ce qui n'est pas incompatible. Ou encore c'est un(e) petit(e) jeune fraîchement arrivée, ou stagiaire à pas cher, enfin de la chair immobilière corvéable à merci. De la graine de locataire, quoi, "la personne qui s'occupe des locations", et traitée avec la même désinvolture. ça donne colère, ça.

    ça donne colère aussi, la famille d'à côté, celle des "Les locations
, on fait pas !", des "Ah, non, on a rien ! Rien du tout ! Pour vous, on a rien !" et des "Ah mais à ce prix-là, forcément, ça va être dur, essayez une autre agence, mais à ce prix-là, vraiment, non !" Le trait en commun des membres de cette famille-là, c'est le ton. Parce que forcément, si tout ça était dit avec une once d'humanité, on risquerait de pas savoir qui ils sont, alors ils font un effort.

    Et puis encore, allez, une petite pour la route, la famille des "Il faudra rappeler". On sait pas très bien pourquoi, pourtant
l'agence est visiblement ouverte, la personne au bout du fil a l'air habilitée à traiter du sujet, le truc, là, avec des murs et un toit, dont elle vient de nous parler, est plutôt intéressant, on a passé avec succès l'épreuve fatidique du "et vous faites quoi dans la vie?" mais pas moyen d'avancer au-delà. Non, pas aujourd'hui. Il faudra rappeler. Cette famille-là, c'est un peu la famille des agences immobilières qui ne couchent pas le premier soir.

    Tôt ou tard vient le point où l'on craint de décrocher son téléphone, où l'on compose en tremblant un nouveau numéro, où l'on souhaite très fort tomber sur un répondeur, ou bien qu'il n'y ait juste personne, ou que ce soit un fax, mais non, il y a quelqu'un au bout du fil, plus moyen de reculer, on contracte les abdominaux et on se prépare à encaisser.

    Alors forcément, quand on tombe sur un membre de la famille des "merci, bonne journée" dit sur un ton gentil, même si c'est pour dire non, la famille qui prend vos questions pour des questions, pas pour des blagues, et qui raccroche le téléphone sans faire un grand "klong", je vous jure, on en pousse des petits cris de joie en sautillant en rond sur le tapis.

    Comme quoi il y a d'humbles victoires même au coeur des plus grands échecs.

   Au bout du compte, j'ai accumulé suffisamment de râteaux aujourd'hui pour pouvoir ouvrir une boutique de râteaux. Oui, d'accord, mais après ? Pour ouvrir une boutique de râteaux, il faut un local, n'est-ce pas ? Et pour trouver un local à boutique de râteaux, qu'est-ce qu'on fait ? On téléphone à des agences immobilières, pardi ! Non, vraiment, on n'en sort pas, de cette histoire.

    C'est à ce moment-là que Tom m'a dit, avec son fameux sourire :

        "Mais enfin, Jerry, c'est pas de râteaux dont on a besoin !"

    Ben oui, je sais bien, c'est pas des râteaux qu'on cherche, c'est des endroits pour habiter dedans, mais enfin bon, on fait avec ce qu'on trouve, hein ! Faute de grive on mange des merles, et faute de château, on mange des râteaux, tiens, viens donc m'aider à les faire cuire pour qu'ils passent mieux, les râteaux.

    Alors il ajouta, d'un air songeur :

        "Non, il nous faut un jardin, d'abord."

    Et soudain le ciel s'est éclairci, mon coeur rempli d'espérance, et dans mon regard s'est rallumée cette petite lueur féroce, la ténacité. Demain, on retourne harceler les agences immobilières.

Publié dans Rien sur l'immobilier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nashou 02/12/2009 11:56


bien retranscrit !!

Pour l'avoir fait, meme quand on obtient une personne physique au tél, on a tout de même la désagréable impression de partler à un répondeur !!!!!

La répétition est un atout indéniable pour un agent immo. Ce qui lui permet aussi d'être interchangable à volonté car il répète tous la même chose !!


Hobbes (sans Calvin) 21/08/2007 18:19

Je découvre... et je dois dire que j'aime beaucoup ce ton tout en subtilité, en humour à la fois mordant et léger. C'est très drôle.
Ah, pour avoir affronté des épreuves similaires, je dois dire aussi que je compatis.

Jerry 21/08/2007 22:54


Merci! De la part d'un philosophe à la dent aussi dure, ça fait plaisir...