Train de vie

Publié le par Jerry

    Oh qu'il était mignon, ce logis-là! Enfin sur l'annonce, en tous cas! Une "petite maison indépendante" de 50m2, dans un quartier calme, avec un "petit jardinet ensoleillé"... Avec une description pareille, il y avait même une chance que la petite maison soit, oh, peut-être pas dans la prairie, on n'ira pas jusque-là, mais en tous cas pas coincée entre quatre barres d'immeubles de 20 étages obscurcissant l'horizon amer.

    Et c'est vrai qu'elle était jolie, la petite maison. Fraîche, couleurs vives, presque claire, enfin, autant que peut l'être une "petite" maison qui porte bien son nom. Le seul truc un peu vraiment bizarre, c'était les toilettes. Qui étaient à l'extérieur. Ou en tous cas, comme si elles avaient été construites à l'extérieur, au fond du mini-jardin, et ensuite racordée à la petite maison en défonçant la façade par une sorte de véranda mal fichue, dont du coup la porte n'ouvrait pas. Pas qu'elle était condamnée, mais en tous cas, nous a dit le monsieur, faut surtout pas l'ouvrir. Je pense que c'était parce que sinon tout s'effondre, un peu comme quand on tire sur la languette d'un pot de Flamby (ça existe encore, les Flamby?).

    Donc, à part ça, elle était très bien, la très petite maison.

    Et puis finalement, la véranda-toilettes sur le devant, ça permettait de cacher la vue sur les lignes de chemin de fer. Oh, y'en a pas beaucoup par ici, vous inquiétez pas! Oui, oui, c'est vrai, opinâmes-nous en choeur, c'est jamais que le quatrième qu'on entend depuis le début de la visite. Et tiens, justement, voilà un...

    Un TGV. Et oui, devant vos yeux éblouis, mesdames et messieurs, un TGV. Il a fallu qu'on soit pile sur la portion du RER C qu'emprunte le TGV pour aller de Massy-Palaiseau à on ne sait où, après tout il fait ce qu'il veut ce TGV. Et ça ronronne drôlement, un TGV.

    Ouuuh... Z'ai cru voir un gros minet.

    Alors du coup on est rentrés à pieds, et on a recommencé à éplucher les petites annonces.

Publié dans Rien sur l'immobilier

Commenter cet article

prunelle 27/12/2007 21:03

Oui, les flanby ça existe encore, et dans les journées d'intégration des grandes écoles, on se couche par terre et on t'en balance à la figure. Même que ça s'appelle le "gobage de flanby" et que c'est très populaire, parce que nous sommes de grands intellectuels. :)

Jerry 06/01/2008 14:20

Ouh là là.Le genre de choses qu'on fait plus jamais, ça, quand on a pas la certitude de pouvoir prendre une douche chaude tout de suite après.C'est dire si c'est limitant, de pas pouvoir prendre de douche chaude.

Cactus Acide & Beurre Fondu 10/08/2007 11:27

Merci, je suis hyper rassuré maintenant.

Jerry 10/08/2007 19:43

De rien. La confiance, y'a que ça de vrai, dans la vie.

Gorgonzolla 09/08/2007 21:12

On peut peut-être prendre le problème dans l'autre sens... Comment voyez vous la perle rare? Il y a peut être agents immobiliers parmi les lecteurs! Ca recherche quel genre de terrier une souris?

Jerry 09/08/2007 22:56

Oh, c'est très simple. On cherche un trois pièces calme et clair, 50m2 minimum, et pas trop loin de Paris en transports en commun.Vu qu'on travaille tous les deux beaucoup à domicile, impossible d'habiter un endroit trop exigu, sombre ou bruyant.Vu que je travaille quand même souvent à Paris, impossible d'aller trop loin non plus.ça devrait être possible, quand même, non?Hm. Toujours aussi naïve, la souris.

ralphy 09/08/2007 20:07

J'ai le TGV Rennes-Saint Malo qui passe sous mes yeux de temps à autres, ma fenêtre donne (notamment) sur une voie de chemin de fer, à cent mètres devant, à tout casser. Cela étant, avec le double vitrage, on n'entend rien, ou du moins pas grand chose, et les trains ne circulent pas la nuit. Et puis s'il n'y avait pas un train qui passerait de temps à autres, on ne saurait même pas qu'il y a un chemin de fer en face.

En revanche, le coup des toilettes dehors avec la véranda, il y a de quoi être calmé...

Jerry 09/08/2007 22:49

En région parisienne, quand tu vois les lignes de chemin de fer, c'est qu'il est déjà trop tard pour leur échapper : elles sont sur tes pieds, enfin, dans ton jardin, enfin, à 10m à tout casser.Alors il ne reste plus qu'à courir loin, très loin, en abandonnant maison, propriétaire, agent immobilier à leur triste sort...

Sév 09/08/2007 16:27

Ah oué.

Jerry 09/08/2007 20:00

Et si!